• Meten = Weten

Mesurer = Savoir

Bijgewerkt: jul 28

Mesurer = Savoir

Le collectif de Mesurer = Savoir a commencé en octobre 2018 comme mouvement citoyen. Beaucoup d' habitants de notre commune se font des soucis concernant la grande quantité de pesticides qu'on utilise pour la culture de bulbes à fleurs, notamment celle des lis. C' est depuis 20 ans maintenant qu'on cultive de plus en plus de bulbes à fleurs ici. On loue toujours plus de terrains agricoles aux producteurs de fleurs. Et malgré le fait que nos fleurs sont connues dans le monde entier et qu' elles sont un produit d' exportation important, les riverains s' en soucient de plus en plus. C' est qu' une à deux fois par semaine il y a un épandage de pesticides, ce qui est beaucoup plus fréquent pour les fleurs que pour d' autres cultures. Pour comparer: en Hollande on applique une moyenne d' environ 8 kg de pesticides par ha; tandis que pour la culture de lis, cela revient à presque 125 kg!

Nous prenons des échantillons

Le gouvernement et l'administration locale sont d' avis qu' il n' y a aucun problème.

Après avoir discuté et milité pendant 15 ans, des bénévoles ont décidé de prendre eux-mêmes des échantillons, pour les faire rechercher sur pesticides.

A l' aide de crowdfunding nous avons pu examiner 12 échantillons qui avaient été pris

de jardins et de potagers (écologiques) et nous avons trouvé 52 substances toxiques différentes. Ce résultat avait des conséquences énormes. On l' a publié dans tous les journaux, on en a parlé au journal télévisé néerlandais et aux émissions d' actualités. Mais après: rien.

Le gouvernement insistait à dire qu' il n'y avait rien à craindre, car aucune substance n' atteignait 'la norme' . Mais ce qui nous inquiète, c'est qu' on n' a guère examiné l' impact d' accumulation de pesticides. Partout nous avons trouvé au moins plus de 5 substances.

Nous avons décidé de continuer nos recherches. Nous sommes devenus une association

(entretemps nous avons presque 550 membres) et nous avons prélevé d' autres échantillons. Partout nous avons trouvé du poison, jusqu' au coeur des espaces naturels.

Nous autres citoyens, nous réclamons autour des maisons une zone de 100 mètres où la pulvérisation est interdite. Nous craignons des risques sanitaires.

Mais notre commune ne fait rien. L' économie est plus importante que la santé des habitants.

Les pesticides sont dangereux pour la santé

En juin 2020, le Conseil de la Santé, le corps consultatif du gouvernement le plus élevé, a émis un avis. En bref, leur conseil consiste à dire que les pesticides peuvent nuire à la santé et il faut qu' il y ait une réduction drastique de l' utilisation de ces produits. De nombreuses études internationales ont relevé que les pesticides peuvent provoquer la maladie de Parkinson et être nocifs pour le développement du cerveau des enfants en bas âge. Selon les scientifiques (en Hollande: Bas Bloem du Centre Médical Radboud) Parkinson est la maladie neurologique qui augmente le plus rapidement au monde et il y a de plus en plus de preuves qu' il existe un lien vers les pesticides.

En France, M. P. Rustin a prouvé que les pesticides SDHI sont toxiques aussi pour les cellules humaines. http://endsdhi.com/wp-content/uploads/2020/03/Topo-mis-a-jour-visite-anses.pdf

L' action

Malgré tout cela notre gouvernement ne veut prendre de mesures. Car il ne faut pas que l' exportation des bulbes à fleur ne subisse de préjudices. Dans un monde que nous devons rendre plus durable, on cultive chez nous des bulbes à fleur qui, pour la plus grande partie, sont exportées partout dans le monde. Ce qui nous reste ici c' est les champs poisonnés et morts, les pesticides dans nos jardins et surtout …..nos soucis concernant notre santé.

Les habitants de Westerveld continuent à mesurer et à manifester.

0 keer bekeken
Contact
metenwetenwesterveld@gmail.com
T: (0521) 59 22 97

© 2019 Meten = Weten